28 mai 2011

Akrame ...ou pas ?


Cela ne vous ai jamais arrivé d'attendre avec impatience un instant, une rencontre,
un événement et que finalement rien ne se passe ou plutôt tout se passe
mais de façon décalée, inadéquate ou un peu décevante ?


Et pourtant on m'avait dit, tu verras, c'est l'espoir de l'année, le futur grand de demain,
il a côtoyé A.Bourdas, F.Adria et P. Gagnaire, il fait une cuisine de femme, instinctive,
délicate, jamais agressive, il travaille avec spontanéité en fonction du marché,
de la saison et de son humeur mais toujours pour le plaisir du client.




Écrire ce récit de table m'est un peu difficile, car le chef est beau avec un large sourire,
une franchise dans les yeux et le front plissé de ceux qui ont connu des jours difficiles,
mais qui savent rebondir vite, bien vite.


Mais je crois que ce jour là, il n'y a pas eu de véritable rencontre par la cuisine,
plutôt un effleurement, une promesse, comme une invitation à revenir.


Le feng shui ne m'a été d'aucun secours, la place attribuée n’était pas la bonne,
dos à la cuisine ouverte, près de celle des toilettes, au centre de la pièce
sur la table ronde, à l’exhibition des autres convives.





Non, moi j'aurai préféré me lover dans la banquette de l’alcôve, à droite
de la porte d'entrée, entrevoir sans être vue, sentir la droiture du mur sur mon dos
et laisser aller mon corps et mes sens à la dégustation.


Je me serai aussi contentée de la table haute en face de la cuisine ouverte,
pour profiter de la vue du chef en concentration silencieuse.


Le regard mélancolique des beautés ethniques à la peau tatouée sur papier glacé
m'aurait surement fait moins d'effet pénétrant !





Le chic, confortable et convenu du mobilier, dans une déclinaison de gris sourd
ne m'aidera pas à détourner mon attention de la vue directe sur la rue
qui emporte avec elle le peu d'intimité espéré ...







Mais passons à table, voulez vous ?
Je vous laisse des indices pour construire votre propre avis.

...Un beurre de yuzu, fève tonka et pain de chez Poujaran,
un peu trop froid au service, qui laissera sa saveur exploser en se réchauffant.

...Un verre de Sancerre au lieu de celui de Pinot noir d'Alsace commandé ...
Pourquoi ne pas faire des vins spécifiquement au verre
pour une lecture plus claire de la carte des vins ?

Je me faisais une joie de retrouver ces parfums de cerise noire, de fruits rouges écrasés
dans un équilibre tannique agréable ...mais entre l'espoir et la vraie vie,
il y a parfois un gouffre...





Menu Amis du midi en 3 plats à 35 euros
Voila qui nous parle à notre quadrature d'amis joyeusement réunis !



Amuse bouche ...

mini sablé au parmesan et sésame noir, œufs de harengs, basilic
gouteux , croquant, amusant

mini pita , compotée de tomate, olive
classique mais meilleure que chez JF piège!





Premier Plat ... de Poisson



Cabillaud à l’étuvée, déclinaison de chou- fleur, fondue de comté


Cuisson imparfaite, découpe du poisson pas vraiment nette,
le gout du comté est peu présent, du coup le plat est sans relief
et ce n'est pas le chou fleur en purée, carpaccio et crumble qui le sauvera
encore moins la chapelure de pain rôti ...inutile.







Second Plat ... de Viande

Canette rôtie, asperges vertes, purée de patate douce à l'orange, poivre à queue






Ce plat aurait pu être parfait si l'assaisonnement de la purée n'avait pas été
trop salé, ce qui fait ressortir avec force l'amertume de l'orange.
Seul le poivre à queue viendra me combler par son agréable saveur !
Mais saluons quand même la cuisson juste de la canette.


Nous sommes au printemps et le choix de la patate douce, de l'orange
me semble un peu décalée. Comme une fin de règne !


Pourquoi ne pas avoir continué à jouer dans la cour des légumes de saison,
croquants, jeunes et colorés ?





Le Dessert ...

Tarte aux Fraises déstructurée, éclats de pistache, poudre de tomate
Sorbet pomme verte, gingembre, gelée de fraise



Je suis restée décontenancée !
Deux contenants posés l'un sur l'autre, servis à table sans le mode d'emploi,
avec une description très approximative du serveur qui fait mal le lien
entre la cuisine et la salle.
Nous avons failli passer à coté du second dessert, celui du dessous!






Dans ces deux desserts, l'esthétisme est inversement proportionnel à la saveur.

La tarte aux fraises mara des bois est belle, appétissante, presque picturale,
mais le coté trop aigre de la crème peu sucrée l'emportera sur le fin sablé
et les petitesfraises délicates. La poudre de tomate rouge, chatoyante bouscule trop
par son acidité.

L'aspect du sorbet est peu engageant, mais ce fut un vrai bonheur de se rafraîchir
les papilles par la pomme verte acidulée, le piquant du gingembre
et le sucré de la gelée de fraises.
J'aurai du me contenter de celui-ci!




Allez... un peu de réconfort avec d'excellentes madeleines maison, tièdes,
à la texture parfaire, un bon expresso ristretto et la joie communicative des amis.

Un joli geste commercial sur l'addition en supprimant de celle ci
le plat de viande difficile aux papilles.




Une accolade spontanée (embrassade!) d'Akrame Benallal,
un regard droit dans les yeux et une discussion un peu vive
sur le "comment tourne le Monde" suffiront à me faire
presque oublier les imperfections de ce déjeuner .


Je crois qu'il ne me reste plus qu'à revenir une seconde fois, quand la nuit sera tombée ...
pour mieux explorer l'ampleur de votre talent annoncé .





aime ce récit de table !




Ils/Elles en ont parlés :(avec plus de tremolos)

A Chicken in the Kitchen

Assiettes gourmandes

Instants et Saveurs

Philippe Toinard





En pratique

Akrame
19 rue Lauriston -75016 Paris
Tel 01 40 67 11 16
2/3 plats uniquement le midi 25 et 35 euros
4/6 plats le midi et le soir 45 et 65 euros
Fermé le weekend









Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

Laurent [aka Kitchen Chick] a dit…

Et voilà le retour des plats... Tu as été dans le vif du sujet, je suis resté beaucoup plus flou pour une fois... Mais nous avons au final le même avis, le même ressenti, pour ma pomme, dès l'entrée dans le restaurant. Va savoir... Pas ébloui du tout, faim en partant... Et finalement, ce qui m'a dérangé le plus, ce sont les fumées de cuisine et les toilettes si bien disposées aux yeux de tous...

LILIBOX a dit…

peut être devenons nous très (trop) exigeants ?
difficile de revenir en arrière ...

Laurent [aka Kitchen Chick] a dit…

Trop, je ne crois pas... On a certaines exigences de palais, d'harmonie, surtout quand on fait la démarche d'aller dans un restaurant gastronomique...

Foodie Froggy a dit…

Avis partagé, hélas. Un jour sans, on va dire. Rien de mauvais, rien de remarquable non plus et un rapport qualité/prix au déjeuner qui, pour le coup, n'est pas vraiment attractif...Mais c'est vrai aussi que je commence à me lasser de ces formules "imposées".
Anne

LILIBOX a dit…

je suis assez d'accord avec toi, le concept, cuisine ouverte, mobilier design, et menu imposé commence à ne plus être attractif par sa généralisation.
Je me demande si les jeunes chefs ne savent plus ou ne veulent plus s’embêter à gérer une carte (même courte) et des menus. La spontanéité (déguisée), le "faux" free style vont finir par nous lasser.
Ou est ce simplement un problème de rentabilité...
Tout comme la fermeture tout le weekend !On assiste surement à une évolution de la société.

Tiuscha - Saveur Passion a dit…

Dommage, la cuisine est prometteuse et on en a lu tellement du bien par ailleurs !

Laurent [aka Kitchen Chick] a dit…

Parce qu'Akrame n'est pas ouvert le week-end ? Il faut dire que sa situation géographique est avant tout faite pour des hommes d'affaires venant à midi pendant leur pause. On teste quoi alors, pour le prochain ? On revient à un "vrai" menu ?

Au Pays des Hellènes a dit…

Merci pour cette excellente critique sans concession à part pour les yeux d'Akrame... et de ne pas utiliser la langue de bois !

melopapilles a dit…

une grande déception à la hauteur de tes superbes photos qui étaient pourtant plus qu'alléchantes…

LILIBOX a dit…

Disons que j'essaye de ne pas faire de simples notules comme dirait un critique gastronomique bien connu, mais de decrire car c'est avant tout un recit de table, un jour parmi tant d'autres, tel que je l'ai vecu, ressenti avec ma propre sensibilite, ma personnalite. Cela n'est pas forcement reproductible , alors n'hesitez pas, essayez de vous faire votre propre idee en y allant , car l'art de la cuisine est un art ephemere auquel on demande de la perfection perenne!
En general, la deception vient de ceux que l'on apprecie...

elise a dit…

Oui Julie, il faudra revenir....!!

mais délicieux billet et superbes photos!

LILIBOX a dit…

quand il aura pris ses marques ...parisiennes !

Isabelle Spiri a dit…

Je crois que ça y est, il a trouvé ses marques...
J'y suis allée lundi, lovée sur la banquette que tu lorgnais,j'ai eu des plats aux saveurs justes et équilibrées mais surtout aux cuissons incroyables. Un "saumon 37" cuit au four vapeur à 37° pendant une heure, la texture du cru mais sans l'écoeurement du sashimi, fondant, léger, une dégustation hors du temps. Retournes y!

LILIBOX a dit…

merci Isabelle pour cet appel de fourchette!
Mais cela va dans le sens d'autres avis que j'ai lu ailleurs ces temps ci ....alors pourquoi pas !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...