8 février 2015

Les cœurs gourmands sont à croquer chez Pierre Marcolini


Pierre Marcolini, l'artisan chocolatier belge propose cette année, non pas un seul cœur chocolaté rouge pimpant, mais une déclinaison colorée de six variétés différentes pour faire varier les plaisirs à deux, à la Saint Valentin.



Crédit photo: Food Box /LiLiBox-2015
non libres de droits


L’étui rond, gris-noir estampillé de la fève de cacao, chère à Pierre Marcolini est ceinturé d'un ruban rouge de qui se défait d'une main dans un geste précieux. Se découvrent alors, six sortes de bonbons de chocolat aux couleurs chatoyantes et lustrées qui donnent immédiatement envie d'un piocher, puis deux, puis trois et en un battement de cils, la boite est terminée.

L'envie est assouvie !

Le voyage gustatif fait cheminer les sens de l'acidité du Citron avec ses zestes à un enveloppant Caramel beurre salé, en passant par le fruité Passion. Les irréprochables pralinés de cette maison n'ont pas été oubliés avec un régressif Praliné-Nougat et un plaisant Praliné-Pistache.
Mais la star du jour avec laquelle amour rime avec toujours est sans conteste le cœur rouge Framboise, acidulé et tentant.

Si vous voulez en savoir plus sur ce renversant cœur rouge Framboise, courrez relire mon article de l'année dernière, ICI !



  ღ



En Pratique

Vente en ligne et en boutique
Coffrets ronds / 18 et 36 euros
Coffret Tiroir coeurs framboises /25 euros





Rendez-vous sur Hellocoton !

25 janvier 2015

Gâteau au chocolat & huile d'olive de Trish Deseine


" Et mourir de plaisir ! "

La recette du gâteau du jour est issue de ce livre de Trish Deseine, qui nous promet l'extase dès la première bouchée pour un minimum d'effort.
Le pari est tenu à condition d'ouvrir son esprit à l'huile d'olive dans une préparation sucrée, de bien choisir la qualité de ses ingrédients et d'opter pour une cuisson douce pour ne pas heurter le chocolat.
Ne soyez pas conventionnel et le bonheur sera bien là, au bout des 25 minutes d'attente ... (interminable). 





Gâteau au chocolat, huile d'olive et noisette grillée


Ingrédients *

150 g de chocolat noir 70%
60 ml d'huile d'olive douce
3 oeufs
75 g de cassonade douce
125 g de poudre de noisette grillée
fleur de sel





* Recette *

Préchauffer le four à 160 degrés
Casser les oeufs entiers dans une jatte
Rajouter le sucre cassonade et battre au fouet jusqu'à obtenir un résultat mousseux et doublé de volume.
Rajouter la poudre de noisettes grillées, la fleur de sel et bien mélanger.
dans une petite casserole faire fondre très doucement au bain marie les carreaux de chocolat en remuant tout le temps avec une maryse en silicone.
Le chocolat ne doit pas attacher au fond de la casserole.
Rajouter hors du feu les 60 ml d'huile d'olive et bien mêler les deux ingrédients.
Verser ce mélange dans la première jatte et mélanger à la maryse.
Verser la pâte dans un moule rond ou long de 20 cm au préalablement beurré.
Enfourner pour 25 à 30 minutes selon le four, en hésitant pas à le couvrir à mi cuisson d'une feuille de papier parchemin.
Le centre du gâteau doit être très souple mais non collant.
laisser refroidir avant dégustation. 



* NB *

(la recette initiale contient de la poudre d'amandes blanche et du sucre raffiné)





Rendez-vous sur Hellocoton !

16 décembre 2014

Foie gras mi cuit au bouillon de Grana Padano par Denny Imbroisi



Dans la FOOD BOX aujourd'hui c'est un "Top Chef " qui donne sa recette !

Denny Imbroisi, sous chef du restaurant Jules Verne et candidat remarqué dans la saison 2012 de l’émission Top Chef, nous livre une recette festive, facile à faire et parfaite pour épater vos invités lors du repas de Noel ou du jour de l'An.

L'ingrédient phare est le fromage Grana Padano, fromage italien bien sûr, de la plaine de Pô, en AOP, au lait cru, partiellement écrémé  et bourré de vitamines et minéraux.
 En le choisissant affiné de plus de 16 mois pour cette recette, on retient son goût non piquant et proche des fruits secs.
Surtout à ne pas confondre avec son voisin, le Parmesan !

J'ai eu la chance de goûter en live ce plat et bien d'autres, lors d'un brillant dîner exclusivement préparé par Denny Imbroisi autour du fromage Grana Padano, dans un lieu privilégié, la Table Ronde.

Dans ce plat le foie gras mi-cuit va doucement fondre sous la chaleur du bouillon émulsionné au Grana Padano versé au service. Son coté lacté et salé s'harmonie très bien avec le gras du foie. La fraicheur quant à elle est apportée par le croquant et les couleurs des légumes.


crédit photo: LiLiBox-2014


Foie Gras mi cuit au Grana Padano,
Carottes crues et cuites
Radis noir et Bouillon au Grana Padano
(Denny Imbroisi)


POUR 4 PERSONNES :
- 140 g de terrine de foie gras mi-cuit
- 4 petites carottes violettes
- 4 petites carottes jaunes
- 4 petites carottes blanches
- 4 petites carottes oranges
- 2 radis noir
- 200 g de lait
- 240 g de Grana Padano 16/18 mois
- Sel
- Poivre
- Fanes des carottes
- 40 g de beurre


♥   ♥   ♥


Chauffer le lait à 80°c et rajouter 240 g de Grana Padano râpé finement. 
Ajouter le sel (pas trop ) et le poivre. Laisser infuser et fondre.
Dans une poêle à bord haut, cuire le radis noir à feu moyen et à couvert
avec deux cuillères à soupe d’eau et une cuillère à soupe de beurre
pendant cinq minutes. il doit rester croquant.
Cuire les petites carottes oranges et jaunes à la vapeur où dans un grand
volume d’eau bouillante salée.
Couper les carottes crues violettes et blanches en fine julienne.
Dans une assiette creuse, disposer le foie gras en tranches de 5 mm avec les rondelles de radis noir cuites. Incorporer les carottes cuites et crues.
Émulsionner le bouillon au mixer plongeant avant de servir.
Finir avec des fanes de carottes et servir avec le bouillon chaud à part.



crédit photo: LiLiBox-2014


A servir avec un champagne pour une parfaite harmonie!
Comme ici, le Champagne Roederer Brut Premier.



Salute per tutti !







Rendez-vous sur Hellocoton !

5 décembre 2014

La Bûche Enchantée du Shangri-La, Paris par François Perret





Cette année le Père Noel arrivera en traîneau directement sur votre table
 pour être dégusté!





 


Avouez que vous en aviez rêvé, de pouvoir un jour, voir de vos yeux écarquillés le Père Noel, en bonnet rouge étincelant, dans son traîneau, tirés par quatre paires de rênes, traverser votre salon et atterrir en douceur sur votre table pour ébahir vos hôtes époustouflés !








Ne rêvez plus, François Perret le chef pâtissier du Shangri-La Paris l'a fait pour vous, pour nous et pour tous les gourmands aux âmes d'enfant.

 Noel cette année sera poétique et délicieux!








Sur un socle de chocolat au lait cheminent cinq sapins coniques stylisés en chocolat noir ultra fin, vert mat et brossé, qui resplendissent d'une touche argentée en leur sommet. Le décor majestueux est planté et prend vie par l'apparition tout en mouvement, des rênes finement ciselés dans une feuille de chocolat noir, reliés entre eux par une cordelette délicate et dorée. Mais ne vous y trompez pas c'est bien le Père Noel, également en chocolat noir, qui mène la danse, avec son traditionnel bonnet rouge à pompon blanc.









Vos convives se demanderont avec curiosité où se cache la bûche; celle que l'on partage et que l'on déguste en fin de repas. Je vais vous livrer un secret. L'entremet est habilement dissimulé dans chaque cône, ce qui permet une découpe très facile et un service délicat.








A peine croquée la fine couche de chocolat noir, vos papilles seront habilement happées par un jeu très agréable de textures. Un biscuit léger sans farine, puis une fine couche de crémeux de chocolat blanc et doux qui vient s'opposer à la légère amertume de la marmelade d'oranges, au croquant du grué-fève caramélisée et à la puissance aromatique de la mousse au chocolat noir  ultra-aérienne.



C'est un équilibre parfait des contrastes !

































  *  *  *  


La Bûche enchantée de François Perret est  disponible sur place au Shangri-La Paris ou à emporter du 5 au 25 Décembre 2014, au prix de 108 euros pour cinq personnes. Uniquement sur réservation, 24 heures à l'avance pour la vente à emporter au  01 53 67 19 98.



 *  *  *  

Crédits photos : LiLiBox-2014
non libres de droits






Rendez-vous sur Hellocoton !

2 décembre 2014

Viens, je t'emmène au Gyoza Bar !


Aujourd'hui on échappe de Paris pour aller au Japon, en un aller retour express, le temps d'une assiette de gyozas !




Les gyozas sont ces adorables raviolis farcis de porc cuits à la vapeur puis frits et servis bien chaud pour être ensuite trempés dans de la sauce ponzu.

La mode culinaire étant au monoproduit, deux Gyoza Bar ont fleuri à Paris, grâce à l'initiative du chef japonais Shinichi Sato et Guillaume Guedj pour mon grand plaisir; étant une vrai addict à ces bouchées crousti-moelleuses.

La première adresse se situe dans le Passage des Panoramas, tout près du restaurant Passage 53 où le chef Sato officie et la seconde dans le haut Marais, rue de Saintonge (là où je vous emmène aujourd'hui).






L'endroit est sobre, avec des murs de pierres apparentes, une enfilade de comptoir en bois blond et des chaises hautes en acier. Une grande table ovale blanche dans le fond de la pièce apporte un peu plus de convivialité à la pièce et permet lorsque l'on est à plusieurs de pouvoir discuter entre convives. Quelques tables à deux en face à face ont également été prévues pour ceux qui veulent un peu plus d'intimité. L’accueil est réservé et le service plus ou moins rapide selon les moments.





Pas de réflexion longue pour choisir son repas, le monoproduit s'en charge!

Gyozas donc en assiette de 8 ou de 12 avec trois accompagnements possibles, des endamamés délicieux (un des meilleurs déjà consommés), du riz à la cuisson parfaite ou des germes de soja marinés dans de l'huile de sésame.






En attendant le service, j'ai opté pour une curieuse bière blanche au Yuzu, Kagua fraîche, désaltérante et délicatement parfumé au yuzu , juste pour laisser en bouche un voile d'acidité.







Les gyozas sont bien sûrs fabriqués tous les jours, de la pâte ultra fine à la farce (échine de porc de Dordogne d'Hugo Desnoyer, poireau, gingembre et yuzu), cuits ensuite dans un moule type gaufrier avec une  savante alternance de vapeur et de friture. Tout est dans le dosage et la précision de la cuisson pour obtenir des gyozas croustillants d'un coté et moelleux de l'autre, pas trop imprégnés d'huile et avec une farce bien fine.






Ils sont servis avec une sauce Ponzu, faite maison également à base de sauce soja clair, pamplemousse et citron qui vient parfaitement compléter la dégustation en apportant de la fraicheur, de l'acidité et une pointe d'amertume.









 S'ils vous restent une petite place ou une envie de douceur, ne ratez pas les mini roulés de la Pâtisserie Ciel, à la vanille, thé vert et yuzu. Ils sont toujours aussi aérien et agrémentés d'une crème légère aux saveurs bien marquées.






Et puis si tu n'as pas le temps de t'attabler, le bon plan sera d'emporter !
Le Gyoza bar propose une formule tout à fait raisonnable à 10 ou 12 euros pour capter un peu de Japon dans ton bureau.





En Pratique:



Crédits Photos: LiLiBox-2014
non libres de droits





Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...